De moi, vous dire..

Ma photo
Paris, France
Ma vie, c'est du bonheur à ne plus savoir qu'Enfer. Journaliste littéraire et culturelle pour le BSC News Magazine, je suis une passionnée, amoureuse de la vie et boulimique de mots. Ceux que je dévore à travers mes très nombreuses lectures, et ceux qui se dessinent et prennent vie sous ma plume. Je travaille actuellement à l'écriture d'un roman, d'un recueil de poèmes ainsi que d'un recueil de tweets. A mes heures perdues, s'il en est, j'écris des chansons que j'accompagne au piano. Mon but dans la vie ? Réaliser mes rêves. Work in progress... LES TEXTES ET POÈMES PRÉSENTS SUR CE BLOG SONT PROTÉGÉS PAR LE CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (COPYRIGHT).

16 juil. 2012

Poème, 'Solitude'


Si bien des fois je t’apprécie
Si ta présence est soulagement
Vivre avec toi est un défi
Un combat de tous les instants

Indésirable et insoumise
Toi l’hôte de mes abandons
Contre laquelle mes rêves se brisent
Refuge des âmes en perdition

Quand vient le soir je te redoute
Toi qui es absence de tendresse
Toi qui n’es jamais à l’écoute
Toi dont l’obstination m’oppresse

Dans ce silence que tu imposes
Dans ces sourires que tu me voles
Je sens mon cœur qui implose
Et plus de Nord sur ma boussole

Tu ne sais pas sécher les larmes
Tu ne sais pas réconforter
Tu me laisses affronter mes drames
Sans même une ombre à mes côtés

Et quand ceux que j’aime m’abandonnent
Se jouent de moi ou me délaissent
C’est dans tes bras que je frissonne
C’est ta froideur qui me caresse

Tu te glisses dans des draps de soie
Pour prendre la place de l’amour
Toi qui me lestes de ton poids
Toi qui dessines mes contours

Je te confie mes insomnies
Mes doutes, mes peines et mes espoirs
Mes déceptions, mes agonies
Mes rêves de nouveaux départs

Tapie dans le creux de mon cœur
Toi l’invisible à l’œil nu
Tes faux départs ne sont qu’un leurre
Sitôt partie que revenue


J’ai appris à vivre avec toi
Et tes ombres sur mon visage
Mais pourtant je ne me fais pas
A ce brouillard dans ton sillage

Tu es parfois simplement douce
Toi l’encre de mes aquarelles
Mais quand l’amour est à mes trousses
C’est là que tu deviens cruelle

J’aimerais alors pouvoir m’enfuir
Je te repousses à coups de mots
Toi qui n’as rien pour me séduire
Toi qui te nourris de mes maux

Toi l’étrangère, toi ma complice
Toi la prison des cœurs perdus
Toi le meilleur de mes supplices
Ma Solitude, toi qui me tues.

Mélina, Juillet 2012

5 commentaires:

  1. Que serait une solitude qui ne serait pas une grande solitude ? La solitude est une : elle est par essence grande et lourde à porter.

    Merci pour l'excellence de ce poème.
    Creep @TMWIDK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chanteur Carlos disait "manger seul(e) au restaurant est d'une tristesse ... et faire l'amour tout(e) seul(e) c'est ce qu'il y a de plus triste." La solitude est probablement plus aisément supportable de la part d'une personne introvertie, je ne voudrai pas être une extravertie seule

      Supprimer
  2. Melina, comment sais-tu? Ce poème est écrit avec ton mal mais pour moi, avec tes larmes qui recontrent les miennes,avec toute cette solitude si difficile à vivre... Merci Melina.

    RépondreSupprimer
  3. Absolument magnifique ! On y trouve tous les sentiments, amertume, désespoir, colère, volonté de combattre, malgré tout.
    C'est bien écrit, c'est bien traduit, bien exprimé.
    Merci pour cette publication ! Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous de me lire et d'apprécier mes mots, toujours si profondément ressentis..

      Supprimer